Histoire de l’hypnose dans le val d’Oise et ailleurs, comme état de conscience 0

En 1878 le professeur et médecin d’origine française Jean-Martin Charcot a réhabilité l’hypnose comme un sujet d’étude scientifique, présentant cet état comme un fait somatique pathologique et lié à une forme d’hystérie, la 7,8. L’hypnose en Val-d’Oise et ailleurs a toujours été associée au spectacle, à l’occultisme, à la thérapie, en plus de la science, ce qui a souvent suscité quelques controverses. Deux courants se sont démarqués chez ceux qui pratiquaient la transe : les professionnels du magnétisme animal défendent que la transe est une amplification de la conscience du moi tandis que ceux qui prônent le courant hypnotique considèrent l’hypnose comme une réduction de la conscience et une brèche vers l’inconscient. Les expériences sur les sujets en transe ont donné raison aux deux courants de pensée, mais au final le magnétisme animal a disparu au fil de l’histoire.

L’hypnose est reconnue comme un état de conscience qui connait différentes phases : il peut être léger, hypnopompique ou profond. Par l’hypnose, le patient et le praticien peuvent avoir un accès à l’esprit du patient afin d’identifier et de s’occuper des forces inconscientes qui influencent la personnalité. Avoir accès à l’inconscient et à l’expérience de vie du patient permet d’obtenir de bons résultats thérapeutiques vis-à-vis des problèmes liés à la personnalité. hypnodeclic au Val d’Oise ou ailleurs est l’une des rares méthodes qui accordent un accès facile, rapide, et à grande échelle à l’inconscient. Selon Léon Chertok, l’hypnose serait un quatrième état de l’organisme qui tire ses racines de l’hypnose animale. Cet état serait lié aux relations d’attachement que le patient aurait eues avant même de savoir parler. Le quatrième état selon Léon Chertok se manifeste dans différentes situations de perturbations que le sujet pourrait subir dans son environnement. Les états d’hypnose peuvent aussi être qualifiés de sur conscient au lieu de subconscient, car elle remplace la volonté du conscient.

Selon une autre définition, l’hypnose serait un mode de fonctionnement au cours duquel le patient fait abstraction de la réalité qui l’entoure, par l’effet d’une personne qui est l’accompagnateur. Le patient reste en contact avec l’accompagnateur pendant le processus. Cette déconnexion de l’environnement direct et de la réalité induit un lâcher-prise qui fait entrevoir de nombreuses possibilités. Ainsi l’esprit peut agir sur le corps, ou encore le travail psychologique peut se faire au niveau de l’inconscient sans grande difficulté. Chacune des définitions et des perceptions que l’on a ou que l’on avait de l’hypnose dans le Val d’Oise ou ailleurs, occupe une place importante. Elles apportent toutes un sens à ce phénomène qui a été décrypté au fur et à mesure des époques par les scientifiques, les thérapeutes de différentes disciplines et les médecins en particulier. Se laisser aller à l’hypnose revient à abandonner son état de conscience pour laisser le praticien ouvrir un accès à votre subconscient pour vous permettre de venir à bout d’un problème qui affecte votre personnalité. Toutefois le processus d’hypnose a encore de nombreux secrets à révéler.