Tourisme

Quelques raisons valables pour voyager en Ouzbékistan 0

Ouzbekistan

Ceux qui effectuent un périple sur le continent asiatique auront la possibilité de rejoindre des destinations populaires qui propose mille et une découvertes à faire, à l’exemple de la Chine ou de la Corée du Sud. Toutefois, ceux qui sont en quête d’une contrée à la fois magnifique et épargnée du tourisme de masse seront invités à rejoindre l’Ouzbékistan. Celle-ci présente de nombreux atouts qui ne manqueront pas de susciter l’admiration de ceux qui la visitent, dont sa culture ancienne et ses paysages ultravariés. En outre, ce pays possède une histoire riche et fabuleuse. Dans le passé, son territoire était successivement occupé par plusieurs grandes civilisations, dont les Grecs, les Arabes, les Perses, les Russes et les Mongols. Par ailleurs, cet État regorge d’adresses sublimes valant un détour, dont Samarcande. Il s’agit d’une ville qui était autrefois la place forte de l’empereur Tamerlan. Celui-ci était un guerrier redoutable. D’ailleurs, lors de son règne ; il exerçait sa domination non seulement en Asie centrale, mais se faisait également sentir sur une partie de l’Asie occidentale. Quelques monuments ont été érigés à l’époque de cet illustre souverain, y compris la nécropole de Chah-e-Zindeh. Il s’agit d’un complexe funéraire construit au XIe siècle. Ce site comporte des mausolées, notamment celles des épouses de Tamerlan Touman Aka et Koutloug Aka.

Pour acheter des objets artisanaux

Au cours de leur séjour en Iran, les estivants avides de découvertes culturelles auront la chance d’en savoir davantage sur l’artisanat ouzbek. Celui-ci fut influencé par quelques grandes civilisations, dont celles de la Chine, de l’Iran ainsi que de l’Empire russe. Grâce à ce mélange de savoir-faire, il affiche une originalité indéniable. En outre, les artisans de ce pays construisent des objets de toutes sortes afin de satisfaire la demande des touristes en quête de souvenir, dont le lutrin. C’est un petit meuble qui permet de lire plus facilement un livre. Il est façonné à partir d’un seul bloc de bois. Mis à part cela, on peut également mentionner les tablettes coraniques, ces dernières sont ornementées d’écritures coufiques. Les routards qui cherchent des céramiques, quant à eux, profiteront de leur escale dans cette contrée pour faire l’acquisition des articles utilitaires ou décoratifs comme des vases, des assiettes ou des pots de très bonne qualité.

Découvrir la cuisine d’Ouzbékistan

Pour rendre leur voyage en Ouzbékistan plus agréable, les globe-trotters seront invités à goûter à des plats locaux. D’ailleurs, étant très variée, la cuisine de cette contrée se prête parfaitement à une évasion gustative. Effectivement, cet art de la table compte près de 1 000 spécialités. Parmi ces dernières, on peut mentionner le och. Il s’agit d’un mets qui se concocte avec de la viande, des oignons, du riz, de carottes, des pois chiches et même des fruits. Les amateurs de bonne chair, quant à eux, profiteront de leur voyage dans ce pays pour goûter à du chachlik, une variante de la brochette et qui se prépare avec des morceaux de viande (de bœuf, de mouton ou de poulet) et de gras.

Sortir du Riad à Marrakech pour vivre un festival de musique à Agadir 0

riad alksar Marrakech

Les touristes repartent satisfaits et vecteurs de la beauté du Maroc car ils vivent des moments exceptionnels dans le Riad Al Ksar à Marrakech et à travers les événements des autres villes. Parmi les événements qui meublent l’agenda culturel du Maroc, nous pouvons citer le festival Timitar.

Grande fréquentation de la clôture du festival Timitar

La dernière journée du festival Timitar s’est tenue sur la Place Al Amal qui a accueilli une grande soirée artistique. De nombreux artistes de renom ont été présents, notamment l’interprète Égyptien Hani Shaker, la troupe folklorique Ahidous Tirssaline, Rays Lahoucine Taouss, la chanteuse Marocaine Najat Aâtabou, etc. Au total ce sont près de 120 000 spectateurs qui ont fait le déplacement pour assister à ce spectacle riche en couleurs et sonorités arabes. Ils sont venus du riad à Marrakech mais aussi des autres villes du Maroc. L’on a pu noter la présence de quelques personnalités à cet événement, parmi les plus remarquées Aziz Akhnnouch, ministre Marocain de l’Agriculture et de la pêche maritime, le Wali de la région SMD, Mohamed Yazid Zellou, ainsi que le gouverneur de la préfecture d’Agadir, Idaoutanane Brahim Hafidi. L’intérêt que ces personnalités montrent à Evènement, ainsi que leurs efforts pour en faire un événement de grande envergure, ont contribué à assurer le succès de cette édition du festival Timitar. Durant la même journée, de nombreuses activités artistiques se sont déroulées au cœur du Théâtre de la Verdure, les spectateurs ont pu assister à des représentations d’art urbain, des compétitions de break dance et des compétitions de hip-hop.

C’était aussi l’occasion d’être reconnaissants envers certaines personnes et de le manifester. La cérémonie de consécration a rendu hommage à Aziz Chamekh, une figure emblématique de l’art musical Tazenzarte et de la chanson amazighe. Très connu dans les riads à Marrakech et le milieu musical marocain. Ce dernier durant toute sa vie s’est donné pour mission de valoriser cet art et de le faire connaître au maximum. Pour lui rendre hommage convenablement, un concert a été organisé, animé par le groupe Chamekh ainsi que d’autres artistes du paysage musical amazigh. Le festival Tamitar en était à sa onzième édition et il a permis de bien entamer la saison estivale et la série de festivals qui la caractérisent. Un événement qui permet aux marocains mais aussi aux touristes de bien s’imprégner des rythmes musicaux traditionnels du Maroc.

Résider à l’hôtel de luxe la Sultana et faire son shopping à Marrakech 0

La-Sultana-Marrakech-terrace

Le commerce est l’une des principales activités qui se développent dans la ville de Marrakech. Il y prend diverses formes et permet à chacun de s’y retrouver, autant en termes de type de commerce qu’en termes de marchandises disponibles. Si vous n’avez pas les conseils adaptés, cette séance de shopping censée être agréable peut vite se transformer en cauchemar, surtout si vous partez de votre hôtel de luxe la Sultana de Marrakech sans avoir un guide.

Le shopping à Marrakech, un véritable choc des cultures

En sortant de son hôtel de luxe la Sultana à Marrakech en direction des souks ou des marchés marocains, on se rend rapidement compte que les Marocains sont principalement des artisans. Le royaume bénéficie d’un artisanat riche, protéiforme et sophistiqué. Ces activités artisanales touchent différents secteurs de la vie comme le mobilier, la décoration d’intérieur, la poterie, les luminaires, les arts de la table. On retrouve aussi les accessoires de mode et l’habillement comme les sacs, les bijoux, les vêtements, les sacoches, les chaussures, les babouches, etc. Les artisans marocains se servent de matières naturelles différentes et qu’ils peuvent trouver sur place comme le bois, la laine, l’argile, le cuir, la pierre et bien d’autres. Ils mettent en exergue leur savoir-faire hérité de leurs ancêtres et transmis de génération en génération. Comment dans ce cas résister aux nombreux objets et souvenirs en vente sur place, surtout à des prix intéressants ? Ces nombreux artisans sont généralement installés dans les souks.

Le choc des cultures qui existe entre l’offre et la demande est bien perceptible quand on se rend dans les souks de Marrakech. En Occident, les prix sont fixés sur la base de critères immuables, logiques et réels alors qu’au Maroc, les prix sont négociés en fonction de la tête du client et de l’humeur du vendeur. C’est pour cette raison que vous verrez très rarement les prix des articles affichés dans les souks de Marrakech. Par contre dans les magasins et boutiques, les prix sont affichés et ils ne sont généralement pas sujets à discussions.

Quelques conseils techniques qui feront de votre shopping un moment agréable

différentes techniques de vente sont généralement utilisées pour que votre échange commercial se déroule dans de bonnes conditions dans les souks de Marrakech. Il est de coutume de mener les négociations autour d’un verre de thé à la menthe jusqu’à 3 verres selon la coutume. C’est une politesse et un moment sympathique à partager, pour rendre la négociation plus agréable. Vous pouvez tout de même décliner poliment l’invitation. Les commerçants offrent parfois des cadeaux, pas de très grande valeur certes, mais qui sont plus symboliques qu’autre chose, afin
de vous encourager dans le processus de négociation, sachez tout de même que le cadeau ne vous oblige pas à acheter. L’heure de la journée est également un facteur déterminant dans le commerce au Maroc, si vous arrivez le matin le vendeur fera tout pour vous faire acheter, car le premier client apporte la chance, il détermine le reste de la journée. En fin d’après-midi le comportement du vendeur change selon qu’il fait vendu ou pas durant la journée.

En tant qu’acheteur vous pouvez également appliquer certaines astuces afin de tirer bénéfice de la transaction en cours. Les souks sont plus agréables en matinée vers 9h quand il ne fait pas encore chaud et que les vendeurs ne sont pas totalement réveillés. N’hésitez surtout pas à entrer dans les magasins où vous êtes invité en précisant bien au vendeur que vous n’achèterez probablement rien. Contrairement à ce que l’on dit, dans les marchés marocains l’habit fait le moine, alors en fonction de votre tenue, vos bijoux, vos chaussures, le vendeur pourra évaluer votre capacité financière. Vous feriez mieux de sortir de votre hotel riad de luxe au Maroc en tenue simple et discrète, pour ne pas vous faire remarquer.

Si vous constatez que l’on vous demande des prix exorbitants sur certains articles, faites-le bien remarquer, le vendeur le comprendra et reviendra à la raison. Dans le cas où un article vous intéresse, faites semblant d’être désintéressé pour en avoir un bon prix et n’hésitez pas à dire que vous avez vu le même article un peu plus loin
moindre coût. Prenez le temps de la discussion, soyez sympathique avec le vendeur, n’hésitez pas à lui dire que vous venez d’arriver dans la ville et que vous reviendrez certainement dans les prochains jours pour faire des achats, ce genre de conversation fait souvent baisser les prix.

Comment savoir que le prix d’achat est le bon?

S’il s’agit de votre séjour au Maroc, vous rencontrerez certainement quelques difficultés lors des négociations des prix. Le plus simple généralement pour ne pas se sentir trop en décalage est de se rapprocher d’une Marocaine
de votre entourage immédiat afin de lui demander les prix des articles que vous souhaitez acquérir. Vous pouvez pour cela vous rapprocher du réceptionniste ou d’un autre employé de l’hôtel de luxe la Sultana Marrakech. L’autre option, qui est même la meilleure, est de vous rendre dans un supermarché afin d’avoir les prix moyens des articles qui vous tentent. Dans ce contexte votre achat se simple et expéditif, mais il sera moins drôle et moins
local.

Vous pouvez aussi vous demander quelle serait la valeur du même article dans votre pays d’origine. Au vu du niveau de vie au Maroc, le prix que vous aurez imaginé sera certainement deux ou trois fois supérieur à ce qui sera pratiqué au Maroc. Toutefois, sachez déjà qu’en 2017 les épices coutent en moyenne 30 à 60 dirhams le kilo, pour le cumin, le curcuma, le ras-el-hanout, et ce sont les épices les moins chères. Vous pourrez acheter le demi-kilo de savon noir à environ 30 dirhams, les amandes ou les noix en général coutent entre 80 et 120 dirhams, la verveine vous coutera environ 100 dirhams le kilogramme, vous pourrez vous offrir une djellaba entre 90 et 300 dirhams, en fonction de sa qualité. La petite poterie pour agrémenter votre intérieur coute entre 10 et 20 dirhams, selon la taille.