Sorties et excursions

Comment gérer les complications du MAM lors d’un trekking au Maroc 0

Sejour trekking Maroc

Lorsque vous faites un trekking au Maroc, ou toute autre activité en altitude, il est important de connaitre ce qu’est le mal aigu des montagnes, et de savoir quels réflexes adopter en fonction des symptômes manifestés. Le tout est d’avoir conscience des symptômes et de bien réagir dès qu’ils apparaissent. Avant de vous lancer à l’aventure, il est toujours souhaitable de prendre conseil auprès d’une agence spécialisée, vous pourrez d’ailleurs trouver des informations pertinentes en visitant Aventure Berbere. En cas de complications graves du MAM, ne paniquez pas, sachez reconnaitre les symptômes, ne les banalisez surtout pas, au risque de perdre la vie. Voici quelques recommandations liées à ces complications.

Complications graves du mal aigu des montagnes

Le mal aigu des montagnes dans sa déclinaison la plus forte se manifeste par deux principales complications : l’œdème pulmonaire et l’œdème cérébral. Nous parlerons dans cet article des symptômes qui accompagnent ces complications, et de l’attitude à adopter lorsqu’ils apparaissent. Lors d’un trekking au Maroc, vous pouvez être victime d’un œdème pulmonaire, comment vous en rendre compte, et c’est quoi un œdème pulmonaire ? L’œdème pulmonaire c’est en fait, la présence d’un liquide dans les alvéoles pulmonaires. Ce liquide est la filtration du plasma sanguin. Les alvéoles pulmonaires sont des petits sacs placés à l’extrémité des bronches et qui facilitent les échanges entre l’air extérieur et le sang qui circule dans notre corps. Lorsque les alvéoles sont obstruées par ce liquide, il n’y a plus d’échanges entre l’air et le sang, ce qui peut entraîner rapidement la mort. L’œdème pulmonaire se caractérise par un essoufflement excessif, que ce soit au repos ou pendant l’effort, une toux sèche qui devient ensuite productive. Le malade crache blanc mousseux. À cause du manque d’oxygène, les ongles et les lèvres deviennent bleus, c’est ce qu’on appelle une cyanose. On remarque aussi des bruits étranges dans les poumons. Lorsque les premiers symptômes se manifestent, il faut prendre des antibiotiques et redescendre immédiatement. La fièvre est souvent présente en cas d’œdème pulmonaire, il ne faut donc pas la prendre à la légère et penser à une pneumonie.

Vous pouvez aussi être victime d’un œdème cérébral en cas de complication de MAM, lors d’un trekking au Maroc. Les symptômes du MAM déjà présents s’aggravent avec des maux de tête plus intenses, qui ne peuvent pas être calmés, ni par de l’aspirine ni par du paracétamol. On observe aussi des vomissements, des troubles du comportement, une grosse fatigue, des troubles de la coordination, des hallucinations, et la perte d’équilibre. Ces symptômes peuvent évoluer vers un coma qui sera suivi de mort si le sujet ne descend pas immédiatement. Les signes n’apparaissent pas en même temps, il faut donc faire très attention à l’apparition des premiers symptômes et faire par exemple des tests d’équilibre, pour diagnostiquer un début de troubles. La descente doit se faire immédiatement. Il est déconseillé d’attendre l’évolution de ces symptômes pour prendre des initiatives.

Naviguer au cœur de la Polynésie, une expérience inédite 0

bora-bora-680120_640

L’archipel polynésien attire chaque année un grand nombre de croisiéristes du monde entier. En effet, ses 118 îles et îlots paradisiaques, il est difficile de résister au charme de cet archipel unique au monde. La croisière d’île en île demeure l’un des meilleurs moyens pour découvrir la Polynésie française.

La Polynésie, une destination croisière par excellence

Une croisière au cœur de la Polynésie française fait rêver un bon nombre de vacanciers. Ses paysages idylliques, son cadre magnifique qui semble tout droit sorti d’une carte postale, son soleil radieux, sa population souriante, sa mer bleu turquoise… en font une destination croisière par excellence. Tahiti et ses îles voisines ont tout pour séduire les voyageurs qui s’y aventurent. Pour explorer en toute liberté ces îles de rêves, rien de tel qu’une escapade en bateau d’île en île. Cette croisière inédite vous permettra de découvrir les principales îles de l’archipel à visiter lors d’un voyage sur mesure en Polynésie. Embarquez à bord d’un bateau unique et plein de charme. Yacht, voilier, catamaran… vous n’aurez que l’embarras du choix. À vous de choisir le style de bateau qui réponde à vos envies et à vos attentes. Découvrez le plaisir de naviguer dans les superbes îles polynésiennes.

Quelques escales incontournables lors d’une croisière en Polynésie

Tahiti, Bora Bora, Moorea, Raiatea, Rangiroa, Tahaa, Nuku Hiva, Rurutu, Ua Pou, Fatu Hiva, Ua Huka, Morurua, Rapa… les îles polynésiennes font rêver plus d’un. La belle Tahiti figure incontestablement parmi les incontournables de la Polynésie. C’est en effet le point de départ des diverses excursions en bateau sur l’archipel. Non loin de Tahiti, Moorea vaut également le détour lors d’une croisière en Polynésie. À noter qu’elle se trouve à environ 15 km au nord-ouest de Tahiti. Lors de votre escale sur l’île de Moorea, un large choix d’activité vous attend sur place. Au programme : baignade, plongée sous-marine, détente, relaxation, repos, randonnée, etc. Voici quelques incontournables de l’île : le village de PaoPao, la Baie de Cook, les cascades d’Afareaitu, etc. Ensuite, une escale sur l’île de la femme « Huahine » s’impose. Ses mouillages de rêves valent vraiment le détour. Ce petit coin de paradis terrestre vous promet une évasion totale. À titre de rappel, Huahine se situe à environ 150 km au nord-ouest de Tahiti. Elle se trouve à proximité de Tahaa et la fameuse Bora Bora. Les principales attractions de l’île de Huahine sont sans conteste ses magnifiques plages, les sites archéologiques de Maeva, la vanille de Huahine, la ferme perlière de l’île, etc. Pour clore en beauté votre croisière, ne manquez pas l’escale à Bora Bora. Il y a tant de choses à voir et à faire au cœur de cette destination touristique phare de la Polynésie. Sachez qu’elle se situe à plus de 200 km au nord-ouest de Tahiti. C’est un volcan éteint de 40 km², entouré par un lagon et une frange de récif. Une tonne d’activités sur terre comme sur mer vous attend sur cette île d’une beauté saisissante.

 

À la découverte du nouveau modèle de trottinette électrique de la marque flykly 0

trottinette electrique

La marque flyky lance sa nouvelle trottinette électrique sur le site http://www.trottinetteelectrique.eu/ , ce modèle est doté de grandes roues de 16 pouces, ainsi que d’un système innovant de batterie/moteur/BMS que l’on retrouve dans le moyeu de la roue. Flyky a vu le jour dans l’esprit de Niko Klansek, un jeune entrepreneur originaire de New York, passionné de vélo, il a lancé sur le marché américain sa première ligne de produits en 2011. En 2013, il est reconnu comme étant l’initiateur de la roue intelligente Smartwheel qui a été imaginée en collaboration avec des créateurs et ingénieurs italiens. La Smartwheel est encore plus petite que la trottinette, car il s’agit d’une roue de vélo équipée d’un moteur et d’une batterie. Vous pouvez remplacer la roue de votre vélo par une roue électrique et vous obtiendrez un vélo à assistance électrique, connecté et que vous pouvez paramétrer en vous servant de votre smartphone. C’est progressivement que l’idée de smartped a vu le jour dans son esprit. Comme de nombreux autres projets innovants et inattendus, la smartwheel et la smartped ont été mises sur le marché à travers une plateforme de crowdfunding qui porte le nom de Kickstarter. Le succès a été immédiat et s’est propagé à l’échelle internationale.

Le projet Smartped : la touche italienne

Le Smartped a été conçu et mis en œuvre par une équipe partiellement italienne, c’est une contribution importante du continent européen dans ce projet. Une partie de l’assemblage a également été fait non loin de la ville de Milan. Sur le marché on retrouve déjà quelques marques qui conçoivent leurs trottinettes électriques en Europe comme e-micro qui est suisse, ltrott qui est française, Klick qui est française, ou Egret qui est allemande, tous ces produits sont fabriqués et montés en Asie. Le Smartped est donc le premier engin électrique partiellement monté en Europe. Quelques tentatives de production en Europe ont été menées, mais elles ont rencontré des échecs face aux difficultés rencontrées, ou des reports comme ce fût le cas avec l’electricmood. En attendant Smartped, reste assez exceptionnelle.

La trottinette électrique Smartped est dotée d’un moteur qui a fait ses preuves sur la smartwheel. C’est un moteur monobloc intégré dans la roue et qui contient en même temps le moteur, les composants électroniques et la batterie. Un véritable bijou de technologie qui est assez ingénieux et qui n’est pas encombré par des câblages. Ceci évite également de devoir créer une coque suffisamment solide pour protéger le moteur. Cet avantage a donc permis aux designers de se laisser aller à la création d’une trottinette à leur guise et ils ne s’en sont pas privés. L’une des particularités du smartped c’est qu’il peut être connecté à un smartphone, en se servant d’une application adaptée. Le téléphone dans ce cas sert de compteur digital et il est également possible d’obtenir une aide au déplacement et le réglage des différents paramètres. Smartped fait également preuve de confort, douceur et fluidité. C’est une trottinette dont les performances ne vous laisseront pas indifférent.

Quelles astuces pour optimiser l’utilisation de votre trottinette électrique ? 0

trottinette-electrique

De nombreuses possibilités et outils existent pour rendre votre trottinette électrique sur le site Urbanmove plus performante au fil des utilisations. Vous pouvez par exemple vous servir d’un odomètre afin de déterminer quelles sont votre distance parcourue et la vitesse. Les modèles les plus performants peuvent même calculer la vitesse maximale ou la vitesse moyenne, et peuvent se connecter à votre téléphone portable. Sur le marché on retrouve actuellement deux types d’odomètres : l’odomètre sans fil et l’odomètre avec fil. Pour les odomètres sans fil, vous pourrez trouver des modèles dont la portée moyenne est de 30 cm, cela peut ne pas être suffisant pour certains. L’idéal est donc de vous assurer de la portée dont vous avez besoin et surtout de la portée des différents modèles que vous souhaitez acheter.

Comment installer un odomètre sur sa trottinette ?

L’installation d’un odomètre sur une trottinette électrique n’est pas aussi difficile que l’on pourrait le penser. Ce n’est pas uniquement pour les professionnels, même les moins dégourdis peuvent le faire. La première étape consiste à accrocher le compteur sur le guidon, à un endroit à la portée de votre regard. Ce compteur est souvent accompagné d’un système d’attache à clips ou à vis. Vous pouvez placer un morceau de carton ou de caoutchouc dont le but sera d’absorber les mouvements du vélo et fera en sorte que l’odomètre ne tombe pas, à cause des secousses.

Une fois que vous avez fixé ces premiers éléments, vous devez placer le récepteur sur la fourche avant de votre trottinette électrique. Pour des besoins d’esthétique, vous pouvez faire passer le câble du récepteur jusqu’à l’odomètre dans la fourche. Mais pour faire cela, assurez-vous que vous êtes capable de découper et de recoller le câble. Ensuite, collez l’aimant sur la roue avant en vous servant d’une colle forte. Vous pouvez également utiliser du fil afin qu’elle soit fixée à la valve de gonflement du pneu. Généralement, quand l’aimant est rapproché du capteur, un petit clic est émis et vous pouvez l’entendre. C’est à ce moment que l’afficheur de vitesse s’allume. Maintenant que vous avez apporté cette amélioration à votre trottinette électrique, vous pouvez désormais arpenter les routes, en sachant bien quels sont vos paramètres de circulation. Vous saurez désormais à quelle vitesse vous roulez et vous pourrez l’ajuster si le besoin s’en fait ressentir, ou si vous ne voulez pas prendre de risques.

Les sites incontournables en Argentine 0

Voyage Decouverte Argentine

L’Argentine est une destination appréciée des voyageurs. Ce pays est délimité par l’océan Atlantique au sud et à l’est. Ancienne colonie espagnole, il a obtenu son indépendance en mai 1810. C’est aussi l’un des pays les plus développés de l’Amérique du Sud. En effet, après le Brésil et la Mexique, l’Argentine est la troisième puissance économique de l’Amérique latine. Cette adresse exotique attire les vacanciers grâce à sa richesse naturelle et culturelle. De plus, elle possède plusieurs merveilleux parcs nationaux faisant l’objet d’une découverte passionnante. Pour un voyage en Argentine, les globes trotteurs n’ont pas à se procurer de visa. Un passeport suffit pour avoir un permis touristique de 90 jours à l’arrivée. Sur les lieux, les activités à faire sont multiples comme apprendre le tango, entre un trekking dans les montagnes ou encore se balader dans les grandes villes.

Une escale à Buenos Aires

Buenos Aires est la capitale de l’Argentine. Fondée il y a plus de 400 ans, cette ville a hérité de l’architecture européenne. Les bourlingueurs auront ainsi l’occasion d’admirer les grands édifices qui forment la cité. De plus, cette métropole abrite d’innombrables centres d’attraction que les voyageurs peuvent découvrir le temps d’un séjour. Plusieurs restaurants et boîtes de nuit sont présents sur les lieux. Ces établissements feront à coup sûr le bonheur des noctambules de passage au cœur du territoire. En outre, Buenos Aires s’anime à l’occasion des festivals. Le tango fait partie de la culture locale. Internationalement reconnue, cette danse a été déclarée Patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de passer au musée national des Beaux-Arts. Il se trouve dans le quartier de Recoleta. Cet endroit concentre le patrimoine artistique du pays. C’est l’adresse idéale pour en apprendre un peu plus sur l’Argentine.

Une rencontre avec la nature au parc national d’Iguazú

Après cette balade en ville, le circuit Argentine continue au parc national d’Iguazú. Ce site se situe au nord de la province de Misiones, à l’extrémité nord-est du pays. Cette réserve s’étend sur une surface de 67 620 ha. Elle est composée de flore arborée de plus de 90 espèces. Les voyageurs peuvent y admirer des arbres d’une hauteur de 40 m. De plus, cette zone protégée abrite les chutes d’Iguazú. Celles-ci ont la réputation d’être parmi les plus impressionnantes au monde. Elles sont localisées au milieu de la forêt tropicale, entre la frontière brésilienne et argentine. Dès 1984, cette merveille naturelle a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit d’un ensemble de 275 cascades formant un front de 3 km. La plus haute atteint 90 m de hauteur, c’est la Garganta del Diablo ou la gorge du diable en français. En forme de U, cette dernière a une longueur de 700 m et une largeur de 150 m. Plusieurs circuits balisés ont été aménagés dans le parc national d’Iguazú afin de permettre aux voyageur de voir les chutes de plus près.

Le massif montagneux de l’Atlas, une bonne adresse pour les trekkeurs 0

trekking atlas mountains

Les nombreux pays de la planète séduisent les vacanciers avides de découvertes et d’aventures. L’Afrique est une destination qui reçoit la visite de bon nombre d’entre eux grâce à ses points d’intérêts. Cette contrée possède toute une liste de sites à vocation touristiques qui ont chacun leurs potentiels. Parmi ceux qui attirent les voyageurs, on peut citer le massif montagneux de l’Atlas. Il se trouve au nord du continent et s’étend sur 2 500 km de long en recouvrant trois pays, dont le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Cet endroit est une des adresses du globe pour entreprendre un trekking en groupe. Il est à noter que ce géant de la nature est divisé en trois parties, à savoir l’Atlas marocain, saharien et tellien. Les amateurs de randonnée en hauteur auront ainsi la possibilité de choisir par quel versant commencer l’ascension de ce mont.

S’aventurer dans le Haut Atlas pour les vacanciers au Maroc

Au Maroc, l’Atlas est subdivisé en trois parties, à savoir le Haut Atlas, le moyen Atlas et l’Anti Atlas. La ville d’Azizal dans la province éponyme est un point de départ parfait où les bourlingueurs pourront commencer l’ascension du Haut Atlas. Ce dernier est connu sous l’appellation « toit du Maroc », car il abrite le sommet le plus élevé de l’Afrique du Nord. En effet, il s’élève à une altitude de 4 167 m. Il faut également savoir que le parc national de Toubkal y est localisé. Cette réserve s’étend sur 38 000 ha et sert de refuge pour plusieurs animaux. On peut notamment citer la gazelle de Cuvier, le caracal ou encore le mouton à manchettes. La meilleure période de l’année pour visiter le site se situe entre fin juin et septembre. Le climat y est plus propice pour une randonnée.

L’Atlas saharien, un autre itinéraire pour les alpinistes

Pour ce Trek aventure en Atlas, les amateurs de la grimpe pourront s’attaquer au versant la plus méridionale de la chaîne montagneuse de l’Atlas, le côté saharien. Ce dernier est principalement localisé en Algérie. Parmi les points culminants à explorer, les alpinistes auront le choix entre les monts des Ksour, les monts des Zibans, les monts des Oued Naïl, etc. Dans les monts des Ksour par exemple, les globe-trotters auront l’occasion d’admirer des Ksour, des forteresses construites en pisé. Elles sont dans la plupart du temps situées sur des sommets de collines. En ce qui concerne les monts des Oued Naïl, ils se trouvent dans le centre de l’Algérie. Leurs noms proviennent de la confédération tribale des Ouled Naïl qui ont trouvé refuge sur le massif montagneux de l’Atlas. Bien avant leur arrivée, d’autres hommes de l’époque antique s’y sont déjà implantés. On peut notamment les Gétules, des peuples berbères ayant vécu en Afrique du Nord.