Histoire de l’hypnose dans le val d’Oise et ailleurs, comme état de conscience 0

En 1878 le professeur et médecin d’origine française Jean-Martin Charcot a réhabilité l’hypnose comme un sujet d’étude scientifique, présentant cet état comme un fait somatique pathologique et lié à une forme d’hystérie, la 7,8. L’hypnose en Val-d’Oise et ailleurs a toujours été associée au spectacle, à l’occultisme, à la thérapie, en plus de la science, ce qui a souvent suscité quelques controverses. Deux courants se sont démarqués chez ceux qui pratiquaient la transe : les professionnels du magnétisme animal défendent que la transe est une amplification de la conscience du moi tandis que ceux qui prônent le courant hypnotique considèrent l’hypnose comme une réduction de la conscience et une brèche vers l’inconscient. Les expériences sur les sujets en transe ont donné raison aux deux courants de pensée, mais au final le magnétisme animal a disparu au fil de l’histoire.

L’hypnose est reconnue comme un état de conscience qui connait différentes phases : il peut être léger, hypnopompique ou profond. Par l’hypnose, le patient et le praticien peuvent avoir un accès à l’esprit du patient afin d’identifier et de s’occuper des forces inconscientes qui influencent la personnalité. Avoir accès à l’inconscient et à l’expérience de vie du patient permet d’obtenir de bons résultats thérapeutiques vis-à-vis des problèmes liés à la personnalité. hypnodeclic au Val d’Oise ou ailleurs est l’une des rares méthodes qui accordent un accès facile, rapide, et à grande échelle à l’inconscient. Selon Léon Chertok, l’hypnose serait un quatrième état de l’organisme qui tire ses racines de l’hypnose animale. Cet état serait lié aux relations d’attachement que le patient aurait eues avant même de savoir parler. Le quatrième état selon Léon Chertok se manifeste dans différentes situations de perturbations que le sujet pourrait subir dans son environnement. Les états d’hypnose peuvent aussi être qualifiés de sur conscient au lieu de subconscient, car elle remplace la volonté du conscient.

Selon une autre définition, l’hypnose serait un mode de fonctionnement au cours duquel le patient fait abstraction de la réalité qui l’entoure, par l’effet d’une personne qui est l’accompagnateur. Le patient reste en contact avec l’accompagnateur pendant le processus. Cette déconnexion de l’environnement direct et de la réalité induit un lâcher-prise qui fait entrevoir de nombreuses possibilités. Ainsi l’esprit peut agir sur le corps, ou encore le travail psychologique peut se faire au niveau de l’inconscient sans grande difficulté. Chacune des définitions et des perceptions que l’on a ou que l’on avait de l’hypnose dans le Val d’Oise ou ailleurs, occupe une place importante. Elles apportent toutes un sens à ce phénomène qui a été décrypté au fur et à mesure des époques par les scientifiques, les thérapeutes de différentes disciplines et les médecins en particulier. Se laisser aller à l’hypnose revient à abandonner son état de conscience pour laisser le praticien ouvrir un accès à votre subconscient pour vous permettre de venir à bout d’un problème qui affecte votre personnalité. Toutefois le processus d’hypnose a encore de nombreux secrets à révéler.

Le bonnet carharrt est-il un chapeau breton ? 0

Le bonnet carharrt n’est pas du tout d’origine bretonne comme le miki breton. C’est tout simplement l’un des bonnets qui ont le plus marqué notre décennie. Il était difficile de passer dans la rue sans en apercevoir un ou plusieurs. Nous le savons déjà la mode va et vient, elle est incontrôlable on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Ce qui est à la mode aujourd’hui ne le sera pas forcément pas le lendemain. Le carharrt fait partie de ces accessoires qui ont fait la mode, ce petit objet qui semble inoffensif fait de tissu, de broderies chinoises, de taffetas a vite fait de conquérir nos terres. Nous essaierons de comprendre cette tendance dans cet article. Le bonnet Carharrt a vite fait de compter parmi les marques cool qui ne peuvent pas se comparer à des modèles moins influents dans le monde de la mode.

Quand on y pense mieux et qu’on observe les tendances, on se rend compte que le bonnet Carharrt est aimé grâce à son nom. Vous prendrez le même bonnet sans son « étiquette », il ne ferait pas le même effet à la foule. Question prix, le Carharrt reste assez abordable, vous le trouverez en moyenne à 20 euros, moins chers que beaucoup de ses confrères. Autre élément qui interpelle sur ce bonnet c’est sa forme. Le bonnet Carharrt n’a pas une forme aussi simple que le miki breton http://www.net-femme.com/2019/01/22/osez-porter-le-miki-avec-beton-cire/. En effet, vous constaterez après l’avoir porté qu’il maintient une forme particulière au-dessus de votre tête. Il donne l’impression d’avoir été posé de façon nonchalante. L’un des avantages c’est qu’il peut par conséquent être porté en toute saison, que ce soit l’hiver ou le printemps. Autre avantage le sommet du bonnet n’est pas en contact direct avec vos cheveux alors vous évitez les cheveux électriques.

Le bonnet Carharrt est entré dans la catégorie des modèles indémodables même si tout le monde ne comprend pas sa logique de conception. Faut-il y comprendre quelque chose pour l’aimer me demanderez-vous. On aime le miki breton ce n’est pas pour autant qu’on le comprend de bout en bout. On aurait cru que le beau temps aurait fait baisser le port de ce bonnet, ou encore le fait de trop le voir en aurait dégouté certains. Mais rien n’y a fait, le bonnet Carharrt reste apprécié et continue d’attirer les regards et de susciter les passions. Si vous êtes à la recherche d’un bonnet au style particulier pour apporter de l’originalité à votre style, un bonnet qui protègera votre tête en période de froid et vous rendra stylé en période chaude, alors le Carharrt est fait pour vous. Vous pourrez le trouver sous différentes couleurs et matières, selon vos préférences.

Le top 3 des endroits à visiter lors d’un séjour au Chili 0

Marcos_II,_Region_de_Arica

S’étendant sur 4 300 km le long de la côte Pacifique, le Chili est considéré comme l’un des pays les plus longs du monde. Le territoire chilien est réputé pour ses paysages diversifiés allant des plaines désertiques et des volcans au nord, à des forêts denses, des fjords et des glaciers au sud. La destination offre un large choix de sites fascinants à découvrir. Pour vous aider à planifier votre séjour au Chili, voici un top 3 des endroits à visiter dans le pays.

Commencer un voyage au Chili en visitant Santiago, la capitale

Visiter la capitale d’un pays permet souvent d’en apprendre davantage sur son histoire et sa culture. Pour cette raison, bon nombre de voyageurs choisissent de commencer leur voyage sur mesure au Chili par la visite de Santiago, la capitale. Localisée aux pieds des Andes, la localité est l’une des plus dynamiques du pays.

En vous promenant à travers ses ruelles, vous aurez l’opportunité d’admirer ses multiples monuments historiques et culturels. La Plaza de Armas compte parmi les incontournables de la ville. Elle est bordée par quelques-uns de ses monuments historiques de Santiago, à l’instar du palais de la Real Audiencia de Santiago et du bâtiment de la poste centrale. Dans le quartier Bellavista, vous découvrirez de nombreux restaurants, cafés, boutiques et galeries d’art.

Découvrir les villes d’Arica et Putre au nord du Chili

_Plaza_de_Armas

Le nord du Chili est un excellent choix d’étape lors de votre séjour au Chili. Cette région à cheval entre l’Altiplano et l’océan Pacifique abrite quelques villes magnifiques où il fait bon de flâner et de se détendre. Ainsi, dans la localité d’Arica, sur la côte, vous profiterez de températures agréables presque tout au long de l’année, d’où son surnom ville de l’éternel printemps.

Vous adorerez vous prélasser sur ses plages de rêve ou encore vous promener près de son port. Dans la ville de Putre, située dans les Andes, vous découvrirez un joli village à 3 561 m d’altitude. Ne manquez pas de vous balader à travers ses rues pavées ou encore d’admirer les vues splendides depuis les volcans aux alentours, dont l’Ancoma et le Taapaca.

Profiter de la douceur de vivre dans la ville de Valparaiso

Deuxième plus grande ville du Chili, Valparaiso est l’une des destinations privilégiées des voyageurs qui viennent passer leurs vacances dans le pays. Elle attire principalement pour son atmosphère paisible combinée avec les avantages socioculturels d’une métropole.

Au cours de votre exploration de la localité, vous serez charmé par ses maisons multicolores aux pieds des collines ainsi que son port animé où sont amarrés de superbes voiliers. Un séjour à Valparaiso est un véritable enchantement pour les amoureux de la mer. Ses eaux paisibles se prêtent à différentes activités nautiques, à l’instar de la voile, des balades en bateau, du kitesurf, de la pêche, etc.

Voyager au Vietnam en passant par la ville portuaire de Hai Phong 0

Le nord du Vietnam compte plusieurs destinations touristiques dignes d’intérêt comme la ville portuaire de Hai Phong. En effet, cette dernière possède plusieurs attractions qui valent certainement la peine d’être découvertes dans cette partie du territoire vietnamien. Lors d’un séjour au Vietnam, il serait alors dommage de ne pas passer par cette ville afin de les découvrir. D’autant plus qu’elle est facilement accessible depuis Hanoï.

Comment rejoindre Hai Phong lors d’un séjour au Vietnam ?

La capitale vietnamienne, Hanoï, fait partie des principales portes d’entrée du Vietnam par l’intermédiaire de son aéroport international. D’ailleurs, c’est généralement à partir de cette ville que partent la grande majorité des excursions vers le territoire nord-vietnamien. Si vous souhaitez rejoindre la ville de Hai Phong dans le cadre de votre voyage au Vietnam, vous pouvez la rejoindre aisément à partir de Hanoï.

En effet, ces deux villes sont distantes d’une centaine de kilomètres de route que vous pouvez parcourir en moins de 2 heures de voiture en moyenne. Ainsi, il vous est tout à fait possible de la visiter dans la journée au départ de la capitale vietnamienne. Cependant, quelques heures sont clairement insuffisantes pour découvrir les différents attraits de cette ville. Il est plus que recommandé d’y rester au moins 3 jours.

Trouver un hébergement dans cette ville portuaire

Comme évoquées précédemment, quelques heures de visite à Hai Phong ne sont pas suffisantes pour découvrir ses attractions touristiques. Au lieu de perdre du temps à faire le va-et-vient entre cette ville et Hanoï en voiture, il est alors plus intéressant de trouver un hébergement à Hai Phong. En plus, vous aurez l’embarras du choix des établissements hôteliers qui sont présents dans cette ville vietnamienne pour vous loger.

D’ailleurs, vous pouvez très bien joindre l’utile à l’agréable en passant votre séjour dans la station balnéaire de Do Son située à une vingtaine de kilomètres du centre-ville de Hai Phong. En effet, une cinquantaine d’hôtels sont présents dans cette station balnéaire et ils vous permettront d’avoir facilement accès aux plages.

Les attractions incontournables à ne pas rater

Lors de votre séjour à Hai Phong, plusieurs de ses attractions touristiques sont incontournables et méritent indéniablement une visite. Certaines d’entre elles sont de remarquables sites d’intérêts culturels et historiques. À l’instar de la pagode Du Hang qui est classé monument historique du Vietnam. Il s’agit de l’une des plus anciennes pagodes de ce pays puisqu’elle aurait été érigée vers le 10e siècle.

Sans oublier bien sûr que Hai Phong est une cité côtière dotée de quelques belles plages pour des vacances balnéaires au Vietnam. D’ailleurs, vous aurez l’occasion de passer par ces dernières si vous séjournez auprès de la station balnéaire de Do Son. Il faut savoir que les plages de cette station sont divisées en trois principales zones (zone 1 à 3). Il est à noter que la plage de la zone 2 est considérée comme la plus belle des trois.

Par ailleurs, la ville portuaire de Hai Phong est une excellente alternative comme point de départ pour une excursion vers la célèbre baie de Ha Long. D’autant plus que vous aurez l’opportunité de passer par la fameuse île de Cat Ba qui se trouve à quelques encablures de Hai Phong. Environ 2 h 30 de navigation en bateau sont nécessaire pour la rejoindre. Vous pouvez également séjourner sur Cat Ba pour profiter pleinement de ses plages paradisiaques et explorer la remarquable réserve naturelle qui s’y trouve abritant des espèces floristiques et faunistiques d’exception. Cette dernière est d’ailleurs reconnue par l’UNESCO comme Réserve de Biosphère.

Quelques raisons valables pour voyager en Ouzbékistan 0

Ouzbekistan

Ceux qui effectuent un périple sur le continent asiatique auront la possibilité de rejoindre des destinations populaires qui propose mille et une découvertes à faire, à l’exemple de la Chine ou de la Corée du Sud. Toutefois, ceux qui sont en quête d’une contrée à la fois magnifique et épargnée du tourisme de masse seront invités à rejoindre l’Ouzbékistan. Celle-ci présente de nombreux atouts qui ne manqueront pas de susciter l’admiration de ceux qui la visitent, dont sa culture ancienne et ses paysages ultravariés. En outre, ce pays possède une histoire riche et fabuleuse. Dans le passé, son territoire était successivement occupé par plusieurs grandes civilisations, dont les Grecs, les Arabes, les Perses, les Russes et les Mongols. Par ailleurs, cet État regorge d’adresses sublimes valant un détour, dont Samarcande. Il s’agit d’une ville qui était autrefois la place forte de l’empereur Tamerlan. Celui-ci était un guerrier redoutable. D’ailleurs, lors de son règne ; il exerçait sa domination non seulement en Asie centrale, mais se faisait également sentir sur une partie de l’Asie occidentale. Quelques monuments ont été érigés à l’époque de cet illustre souverain, y compris la nécropole de Chah-e-Zindeh. Il s’agit d’un complexe funéraire construit au XIe siècle. Ce site comporte des mausolées, notamment celles des épouses de Tamerlan Touman Aka et Koutloug Aka.

Pour acheter des objets artisanaux

Au cours de leur séjour en Iran, les estivants avides de découvertes culturelles auront la chance d’en savoir davantage sur l’artisanat ouzbek. Celui-ci fut influencé par quelques grandes civilisations, dont celles de la Chine, de l’Iran ainsi que de l’Empire russe. Grâce à ce mélange de savoir-faire, il affiche une originalité indéniable. En outre, les artisans de ce pays construisent des objets de toutes sortes afin de satisfaire la demande des touristes en quête de souvenir, dont le lutrin. C’est un petit meuble qui permet de lire plus facilement un livre. Il est façonné à partir d’un seul bloc de bois. Mis à part cela, on peut également mentionner les tablettes coraniques, ces dernières sont ornementées d’écritures coufiques. Les routards qui cherchent des céramiques, quant à eux, profiteront de leur escale dans cette contrée pour faire l’acquisition des articles utilitaires ou décoratifs comme des vases, des assiettes ou des pots de très bonne qualité.

Découvrir la cuisine d’Ouzbékistan

Pour rendre leur voyage en Ouzbékistan plus agréable, les globe-trotters seront invités à goûter à des plats locaux. D’ailleurs, étant très variée, la cuisine de cette contrée se prête parfaitement à une évasion gustative. Effectivement, cet art de la table compte près de 1 000 spécialités. Parmi ces dernières, on peut mentionner le och. Il s’agit d’un mets qui se concocte avec de la viande, des oignons, du riz, de carottes, des pois chiches et même des fruits. Les amateurs de bonne chair, quant à eux, profiteront de leur voyage dans ce pays pour goûter à du chachlik, une variante de la brochette et qui se prépare avec des morceaux de viande (de bœuf, de mouton ou de poulet) et de gras.

Sortir du Riad à Marrakech pour vivre un festival de musique à Agadir 0

riad alksar Marrakech

Les touristes repartent satisfaits et vecteurs de la beauté du Maroc car ils vivent des moments exceptionnels dans le Riad Al Ksar à Marrakech et à travers les événements des autres villes. Parmi les événements qui meublent l’agenda culturel du Maroc, nous pouvons citer le festival Timitar.

Grande fréquentation de la clôture du festival Timitar

La dernière journée du festival Timitar s’est tenue sur la Place Al Amal qui a accueilli une grande soirée artistique. De nombreux artistes de renom ont été présents, notamment l’interprète Égyptien Hani Shaker, la troupe folklorique Ahidous Tirssaline, Rays Lahoucine Taouss, la chanteuse Marocaine Najat Aâtabou, etc. Au total ce sont près de 120 000 spectateurs qui ont fait le déplacement pour assister à ce spectacle riche en couleurs et sonorités arabes. Ils sont venus du riad à Marrakech mais aussi des autres villes du Maroc. L’on a pu noter la présence de quelques personnalités à cet événement, parmi les plus remarquées Aziz Akhnnouch, ministre Marocain de l’Agriculture et de la pêche maritime, le Wali de la région SMD, Mohamed Yazid Zellou, ainsi que le gouverneur de la préfecture d’Agadir, Idaoutanane Brahim Hafidi. L’intérêt que ces personnalités montrent à Evènement, ainsi que leurs efforts pour en faire un événement de grande envergure, ont contribué à assurer le succès de cette édition du festival Timitar. Durant la même journée, de nombreuses activités artistiques se sont déroulées au cœur du Théâtre de la Verdure, les spectateurs ont pu assister à des représentations d’art urbain, des compétitions de break dance et des compétitions de hip-hop.

C’était aussi l’occasion d’être reconnaissants envers certaines personnes et de le manifester. La cérémonie de consécration a rendu hommage à Aziz Chamekh, une figure emblématique de l’art musical Tazenzarte et de la chanson amazighe. Très connu dans les riads à Marrakech et le milieu musical marocain. Ce dernier durant toute sa vie s’est donné pour mission de valoriser cet art et de le faire connaître au maximum. Pour lui rendre hommage convenablement, un concert a été organisé, animé par le groupe Chamekh ainsi que d’autres artistes du paysage musical amazigh. Le festival Tamitar en était à sa onzième édition et il a permis de bien entamer la saison estivale et la série de festivals qui la caractérisent. Un événement qui permet aux marocains mais aussi aux touristes de bien s’imprégner des rythmes musicaux traditionnels du Maroc.

Quel matériau choisir pour votre chaise Eames DSR pas cher ? 0

chaise design

Avant de vous lancer dans l’aménagement de votre terrasse, vous devez prendre en compte certains paramètres. Parmi les paramètres il faut s’assurer de l’espace dont on dispose, ceci vous permettra de déterminer quels types de meubles il vous faut. Ensuite, est-ce que vous aurez besoin de ranger les meubles ou pas ? En fonction de cela, vous prendrez des meubles empilables ou non. Les meubles d’extérieur sont disponibles en différents matériaux, parmi lesquels on retrouve généralement le bois, le métal, la toile ou le plastique. Notez que Charles & Ray Eames, des designers de génie à qui l’on doit beaucoup de choses. Chaque matériau présente des avantages et des inconvénients, mais un inconvénient peut se transformer en avantage, dépendamment de vos besoins. Il est donc important d’avoir une bonne connaissance des besoins qui sont les vôtres. Le matériau choisi détermine la durabilité du meuble, mais aussi son entretien.

Particularités des matériaux de meubles d’extérieur

Les meubles en plastique moulé comme les chaises Eames DSR pas cher, se commercialisent à des prix relativement bas. Avec l’osier ce sont des matériaux que l’on utilise assez souvent pour fabriquer les meubles d’extérieur. Les meubles de cette qualité sont généralement empilables, ils supportent bien les changements de climat et leur légèreté facilite leur transport. De plus ces meubles sont à la mode et particulièrement design, puisque le plastique peut être largement travaillé. Les meubles en bois résistent assez bien à l’humidité et peuvent durer longtemps s’ils sont régulièrement traités et protégés par des produits. Sur le plan esthétique, l’aspect naturel du bois est assez plaisant et c’est un matériau chaleureux et solide.

Les meubles en métal présentent les mêmes avantages que la chaise Eames DSR pas cher en plastique. Ce sont des meubles qui résistent bien aux intempéries. Ils sont faits en aluminium ou en acier inoxydable et sont solides. Ces matériaux ne rouillent pas, sauf l’inox qui peut rouiller un peu, selon sa composition. L’inox et l’aluminium sont assez légers donc faciles à transporter et ils apportent à votre environnement un aspect industriel et moderne qui est très à la mode actuellement. Les meubles en métal doivent être recouverts par des bâches pendant l’hiver et on peut les nettoyer avec de l’eau savonneuse et les nettoyer avec de l’eau claire. Les meubles en toile peuvent être nettoyés de la même manière et supportent tout aussi bien les intempéries. En tenant compte de ces critères, vous avez l’assurance de bien meubler vos espaces extérieurs.

Résider à l’hôtel de luxe la Sultana et faire son shopping à Marrakech 0

La-Sultana-Marrakech-terrace

Le commerce est l’une des principales activités qui se développent dans la ville de Marrakech. Il y prend diverses formes et permet à chacun de s’y retrouver, autant en termes de type de commerce qu’en termes de marchandises disponibles. Si vous n’avez pas les conseils adaptés, cette séance de shopping censée être agréable peut vite se transformer en cauchemar, surtout si vous partez de votre hôtel de luxe la Sultana de Marrakech sans avoir un guide.

Le shopping à Marrakech, un véritable choc des cultures

En sortant de son hôtel de luxe la Sultana à Marrakech en direction des souks ou des marchés marocains, on se rend rapidement compte que les Marocains sont principalement des artisans. Le royaume bénéficie d’un artisanat riche, protéiforme et sophistiqué. Ces activités artisanales touchent différents secteurs de la vie comme le mobilier, la décoration d’intérieur, la poterie, les luminaires, les arts de la table. On retrouve aussi les accessoires de mode et l’habillement comme les sacs, les bijoux, les vêtements, les sacoches, les chaussures, les babouches, etc. Les artisans marocains se servent de matières naturelles différentes et qu’ils peuvent trouver sur place comme le bois, la laine, l’argile, le cuir, la pierre et bien d’autres. Ils mettent en exergue leur savoir-faire hérité de leurs ancêtres et transmis de génération en génération. Comment dans ce cas résister aux nombreux objets et souvenirs en vente sur place, surtout à des prix intéressants ? Ces nombreux artisans sont généralement installés dans les souks.

Le choc des cultures qui existe entre l’offre et la demande est bien perceptible quand on se rend dans les souks de Marrakech. En Occident, les prix sont fixés sur la base de critères immuables, logiques et réels alors qu’au Maroc, les prix sont négociés en fonction de la tête du client et de l’humeur du vendeur. C’est pour cette raison que vous verrez très rarement les prix des articles affichés dans les souks de Marrakech. Par contre dans les magasins et boutiques, les prix sont affichés et ils ne sont généralement pas sujets à discussions.

Quelques conseils techniques qui feront de votre shopping un moment agréable

différentes techniques de vente sont généralement utilisées pour que votre échange commercial se déroule dans de bonnes conditions dans les souks de Marrakech. Il est de coutume de mener les négociations autour d’un verre de thé à la menthe jusqu’à 3 verres selon la coutume. C’est une politesse et un moment sympathique à partager, pour rendre la négociation plus agréable. Vous pouvez tout de même décliner poliment l’invitation. Les commerçants offrent parfois des cadeaux, pas de très grande valeur certes, mais qui sont plus symboliques qu’autre chose, afin
de vous encourager dans le processus de négociation, sachez tout de même que le cadeau ne vous oblige pas à acheter. L’heure de la journée est également un facteur déterminant dans le commerce au Maroc, si vous arrivez le matin le vendeur fera tout pour vous faire acheter, car le premier client apporte la chance, il détermine le reste de la journée. En fin d’après-midi le comportement du vendeur change selon qu’il fait vendu ou pas durant la journée.

En tant qu’acheteur vous pouvez également appliquer certaines astuces afin de tirer bénéfice de la transaction en cours. Les souks sont plus agréables en matinée vers 9h quand il ne fait pas encore chaud et que les vendeurs ne sont pas totalement réveillés. N’hésitez surtout pas à entrer dans les magasins où vous êtes invité en précisant bien au vendeur que vous n’achèterez probablement rien. Contrairement à ce que l’on dit, dans les marchés marocains l’habit fait le moine, alors en fonction de votre tenue, vos bijoux, vos chaussures, le vendeur pourra évaluer votre capacité financière. Vous feriez mieux de sortir de votre hotel riad de luxe au Maroc en tenue simple et discrète, pour ne pas vous faire remarquer.

Si vous constatez que l’on vous demande des prix exorbitants sur certains articles, faites-le bien remarquer, le vendeur le comprendra et reviendra à la raison. Dans le cas où un article vous intéresse, faites semblant d’être désintéressé pour en avoir un bon prix et n’hésitez pas à dire que vous avez vu le même article un peu plus loin à
moindre coût. Prenez le temps de la discussion, soyez sympathique avec le vendeur, n’hésitez pas à lui dire que vous venez d’arriver dans la ville et que vous reviendrez certainement dans les prochains jours pour faire des achats, ce genre de conversation fait souvent baisser les prix.

Comment savoir que le prix d’achat est le bon?

S’il s’agit de votre séjour au Maroc, vous rencontrerez certainement quelques difficultés lors des négociations des prix. Le plus simple généralement pour ne pas se sentir trop en décalage est de se rapprocher d’une Marocaine
de votre entourage immédiat afin de lui demander les prix des articles que vous souhaitez acquérir. Vous pouvez pour cela vous rapprocher du réceptionniste ou d’un autre employé de l’hôtel de luxe la Sultana Marrakech. L’autre option, qui est même la meilleure, est de vous rendre dans un supermarché afin d’avoir les prix moyens des articles qui vous tentent. Dans ce contexte votre achat se simple et expéditif, mais il sera moins drôle et moins
local.

Vous pouvez aussi vous demander quelle serait la valeur du même article dans votre pays d’origine. Au vu du niveau de vie au Maroc, le prix que vous aurez imaginé sera certainement deux ou trois fois supérieur à ce qui sera pratiqué au Maroc. Toutefois, sachez déjà qu’en 2017 les épices coutent en moyenne 30 à 60 dirhams le kilo, pour le cumin, le curcuma, le ras-el-hanout, et ce sont les épices les moins chères. Vous pourrez acheter le demi-kilo de savon noir à environ 30 dirhams, les amandes ou les noix en général coutent entre 80 et 120 dirhams, la verveine vous coutera environ 100 dirhams le kilogramme, vous pourrez vous offrir une djellaba entre 90 et 300 dirhams, en fonction de sa qualité. La petite poterie pour agrémenter votre intérieur coute entre 10 et 20 dirhams, selon la taille.

Passez vos vacances à Genève et découvrez la gastronomie locale 0

Eatzer

La Suisse est un pays qui offre de multiples possibilités à ceux qui s’y rendent pour faire du tourisme. Parmi les spécificités du pays, en plus des monuments et des activités typiques, les touristes peuvent découvrir la culture locale, notamment à travers la gastronomie. La gastronomie suisse est assez diversifiée, à l’image du pays qui compte de nombreuses régions, de langues et de cultures. La gastronomie suisse a ses propres caractéristiques, elle est assez robuste, se sert bien des ingrédients de la saison, et est surtout connue pour ses plats à base de fromage. Les principaux plats suisses connus à travers le monde sont la raclette et la fondue. Mais dans la tradition suisse, on retrouve aussi le chocolat, le lait dont la population suisse est la première consommatrice à travers le monde. Les Suisses consomment plus de 11 kilos de lait par an. Les aspects robustes et calorifiques des mets suisses sont hérités du nombre de montagnes que l’on y retrouve, et qui entraînent des hivers longs et rudes.

La gastronomie suisse se caractérise aussi par l’utilisation d’ingrédients simples qui viennent des différentes régions et qui sont utilisés en fonction de leurs saisons. Que ce soient les champignons, les poissons des points d’eau, le gibier, les laitages, les fruits et légumes, les volailles, le beurre et la crème, etc. La plupart des plats faits dans le pays mijotent longuement comme la minestrone tessinoise, notons tout de même que ces mets ne sont pas forcément adaptés au mode de vie actuel. Chaque région se caractérise par ses plats. En plus de la raclette et de la fondue au fromage, on retrouve d’autres plats nationaux en Suisse comme les röstis qui sont des galettes de pommes de terre associées avec du fromage du lard, des oignons, c’est un plat originaire de Zurich. On trouve aussi le birchermüesli qui est un repas constitué de blé ou d’avoine mélangé à du lait sucré au miel et accompagné de morceaux de pommes. Le chocolat, le lait, les produits de boulangerie, les fromages, les saucisses, les vins locaux.

En visitant la Suisse, vous pourrez vous rendre dans un bon restaurant à Genève et découvrir les plats locaux. Le plat traditionnel de la ville est la longeolev qui est composée de saucisse de porc et de fenouil. Ce plat est généralement accompagné de pommes de terre et de vin blanc. L’une des autres spécialités de Genève est le gratin de cardons. Le cardon est cultivé à Genève et cette recette existe depuis le Moyen Âge. La marmite de chocolat et ses légumes en massepain est un incontournable qui plaira aux petits et aux grands. Parmi les autres plats typiques de Genève, vous retrouverez la tarte aux pruneaux, les filets de perches avec une sauce meunière, les artichauts farcis, le gratinée des vieux, le cardon à la moelle, la fricassée de porc à la genevoise, les filets de féra à la genevoise, la tarte aux poires, les merveilles et rissoles genevoises.

Chiloé, un petit bijou chilien qui mérite un détour 0

voyage Chiloe

Si la Patagonie fait rêver plus d’un, l’île de Chiloé, elle, fait fantasmer avec ses paysages irréels. Située dans la région des Lacs, dans le sud du Chili, Chiloé est l’île principale de l’archipel de Chiloé, tout en étant la deuxième plus grande île du Chili, de par sa longueur, 200 km, et sa largeur, 50 km.

Les visiteurs sont attirés par ce petit bout de terre au charme indéniable, ses maisons un peu particulières et ses vastes étendues de carte postale. Côté nature, Chiloé séduit, car il est difficile aux vacanciers de résister à la beauté qui émane de ses forêts denses, lui donnant des airs magiques dignes des contes de fées, si on ne parle que de la plus grande réserve de sphaigne au monde qu’elle abrite. La sphaigne, qu’on appelle aussi « sphaigne du Chili », est une sorte de mousse utilisée pour la culture des plantes carnivores et des orchidées. Mais certaines entreprises spécialisées s’en servent pour réaliser des toitures ou des murs végétaux, en l’important du Chili.

Les choses à faire à Chiloé

Les routes de Chiloé semblent toutes tracées pour les« road trip », une expression anglaise qui définit un voyage d’agrément effectué sur les routes, qu’importe le nombre d’arrêts. Certaines personnes apprécient cette forme d’équipée qui peut se faire à moto, en voiture ou en camping-cardurant leurs vacances au Chili. À part les périples routiers, découvrir Ancud fait aussi partie de l’aventure. C’est une ville touristique de Chiloé qui vaut le détour. Elle est également la porte d’entrée de l’île pour les globe-trotters qui arrivent depuis le continent. Elle recèle des monuments intéressants à explorer : le Musée Régional d’Ancud, situé sur la Plaza de Armas, et qui renferme une riche collection du patrimoine culturel, naturel et historique de Chiloé. À côté de cet édifice se trouve un autre trésor à explorer : la Maison de la Culture qui présente diverses expositions culturelles.

Les choses à voir à Chiloé

À Chiloé, les vacanciers seront séduits par la grâce de ses constructions. D’une part, les premières qui sortent du lot sont les maisons, parfois bâties sur pilotis, mais dans l’ensemble, elles sont faites de bois, d’écailles et de couleur. Elles se singularisent par leur structure en tuiles, les unes aux tuiles pixellisées ou simples, les autres aux tuiles arrondies ou piquantes. Avec un peu de chance, les aventuriers pourront voir de leurs propres yeux une « minga ». La minga est un déménagement à la chilote : les îliens n’emballent pas leurs affaires dans des cartons, ils déplacent la maison tout entière. D’autre part, les voyageurs découvriront une flopée d’églises qui ornent le paysage chilote. 16 d’entre elles ont été classées au patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 2000, dont celle de San Francisco aux couleurs criardes ou celle de Castro, en forme de coque de bateau et qui est la plus belle de toutes. Vieilles de 200 ans, ces églises et chapelles sont les témoins d’un christianisme introduit au XVIIIe siècle par les jésuites.